samedi, août 28, 2004

Les Postiches

Les Postiches
Les Postiches,
uploaded by zorg.
L'excellent livre "Les Postiches : Un gang des années 80" de Patricia Tourancheau parle, à la page 65, du casse de l'île Saint-Louis. Du 15 au 17 août 1976, a peine un mois après le casse de Nice, une équipe s'introduit dans la Société Générale par les égouts et dévalise 123 coffres.

La presse se demande alors si les malfaiteurs sont aussi ceux de Nice. Cet extrait nous apprend que Spaggiari n'a rien à voir avec ce fric-frac. Mais certains de ses associés du moment ont pu mettre à profit leur expérience récemment acquise sur la Côte d'Azur...

Paris-Match

Les numéros suivants de la revue Paris-Match contiennent des articles sur Albert Spaggiari :
- Paris Match n°???? du 25 mars 1977
- Paris Match n°1464 du 17 juin 1977
- Paris Match n°1507 du 14 avril 1978
- Paris Match n°1508 du 21 avril 1978
- Paris Match n°1589 du 9 novembre 1979
- Paris Match n°1702 du 8 janvier 1982

Revue Montségur

Revue Montségur
Revue Montségur,
uploaded by zorg.
Le numéro 4 de la revue Montségur propose un portrait de Albert Spaggiari, avec une interview de Robert Desroches, compagnon de longue date de Bert. Ils ont séjournés ensemble à la Prison de la Santé en tant qu'ex OAS. Robert sera l'un des principaux acteurs de l'évasion de Spaggiari, en lui fournissant un plan. La revue peut être commandée sur le site Parcours d'Europe par email au prix de 5€ franco.

vendredi, août 27, 2004

Le Palais de Justice de Nice

Le Palais de Justice
Le Palais de Justice,
uploaded by zorg.
Photographie de Gilbert Castiès. Le Palais de Justice de Nice avec un dessin représentant la trajectoire de Spaggiari lors de son évasion. La fenêtre du premier étage est celle du Juge Richard Boizis, en charge du dossier.

Spaggiari enverra de l'argent au propriétaire de la Renault pour rembourser le capot sur lequel il finira sa chute.

Spaggiari ou le casse du siècle

De Gilbert Picard.
Robert Laffont, 1992.
222 pages.


A Nice, le 18 juillet 1976, "sans haine, sans violence et sans arme", Albert Spaggiari réalise une opération sans précédent, montée façon commando : pénétrer dans la salle des coffres de la Société Générale, en passant par les égouts. Sa tête est mise à prix, il est arrêté, mais il parvient à s'évader du palais de justice, pour ne plus jamais être rattrapé. Un casse spectaculaire, une cavale réussie, l'histoire d'un voleur plus politique que truand, dont les révélations, s'il avait pu parler, auraient peut-être été fort gênantes.

Texte extrait de la 4ème de couverture.

Les Egouts du Paradis

De Albert Spaggiari.
Albin Michel, 1978.
274 pages, grand in-8, broché, jaquette illustrée, photographies, plans.


Le casse de la Société Générale expliqué de A à Z. Préparation, exécution, arrestation et… évasion. Le parfait petit manuel à l'usage des futurs bandits.

Critique du livre extraite de : www.les-marcheurs.net

Journal d'une truffe

De Albert Spaggiari.
Albin Michel, 1983.
405 pages, broché.


Récit autobiographique d'un "délinquant" : un Français issu d'une famille italienne immigrée au sud de la France. Le texte est bourré d'anecdotes et de souvenirs et écrit dans une langue familière. L'auteur y raconte son enfance, sa famille, ses actions délinquantes, son séjour dans divers pays, sa vie en prison, etc.

Résumé par les Services Documentaires Multimédia.

La Société Générale en 1976, rue Deloye

Photographie Albin Michel.
La rue Deloye, avec la bouche d'égouts donnant sur le tunnel creusé pendant plusieurs mois par Albert Spaggiari et ses comparses.

jeudi, août 26, 2004

Faut pas rire avec les barbares

De Albert Spaggiari.
Robert Laffont, 1977.
306 pages, format in-8 broché.


Faut pas rire avec les barbares ne parle ni du casse de la Société Générale, ni de l'extrême droite, mais de la guerre d'Indochine.
Albert Spaggiari, ancien parachutiste, nous livre son témoignage sur cette guerre. Ce n'est ni une autobiographie, ni un roman, mais plutôt un récit. Spaggiari pioche dans ses souvenirs et dans ceux des soldats qu'il a connu là bas.
La découverte des atrocités commises en Indochine et qui ne sont pas vraiment racontées dans les bouquins d'Histoire. Meurtres, viols, pillages, tortures, vols etc, etc.
Des termes qui, sous la plume de Spaggiari, recouvrent de nombreuses variables.

Critique du livre extraite de : www.les-marcheurs.net

DVD Les Egouts du Paradis

Le DVD "Les Egouts du Paradis" de José Giovanni avec Francis Huster est en vente sur Amazon Angleterre à l'adresse suivante : Les Egouts du Paradis chez Amazon.co.uk

900 Z1

900 Z1
900 Z1,
uploaded by zorg.
L'émission de France 2 "Faites entrer l'accusé" du 12 août 2004 a reconstitué l'évasion de Spaggiari. "The Rocket Rider News" a publié quelques images du tournage avec une 900 Kawasaki identique à celle utilisée en 1977.
A voir sur : The Rocket Rider News

Albert Spaggiari et Jacques Peyrat

Spaggiari et Peyrat
Spaggiari et Peyrat,
uploaded by zorg.
Photographie de Gilbert Castiès. Albert Spaggiari se rend au tribunal avec son avocat Jacques Peyrat. L'image doit avoir été prise lors de la reconstitution des événements de juillet 1976.

La Société Générale en 1976

Photographie prise par Gilbert Castiès, probablement le mardi 20 juillet 1976. Les clients, mécontents, de la Société Générale souhaitent en savoir plus sur ce que les journalistes appellent dejà  le "Fric-Frac" du siècle.

Bienvenue sur le Blog Albert Spaggiari

Le nom d'Albert Spaggiari reste associé à l'organisation du "casse du siècle". Pendant le week-end du 17 au 19 juillet 1976, le gang des égoutiers cambriole la Société Générale de Nice. 50 millions...
"Ni haine, ni violence et sans arme".

La création de ce groupe a pour but de récolter des informations sur Albert Spaggiari.

Tout détail sur sa vie, ses voyages, ses connaissances seront évidemment appréciés.

Nous souhaitons mieux connaître ce personnage aux multiples facettes, photographe, "cerveau" du casse de Nice, ancien d'Indochine, militant d'extrême droite.

Bien entendu, ce groupe ne fait parti d'aucune organisation et a pour vocations d'être ludique et documentaire.

Copyright
Les documents et textes publiés ont été trouvés sur internet ou rédigés par moi-même.

Les images proviennent d'internet, ou du livre "Les égouts du paradis" d'Albert Spaggiari, aux éditions Albin Michel (créditées "Albin Michel" ou "Gilbert Castiès"). Certaines images sont également des copies provenants d'articles de la presse de l'époque.

Ce groupe n'ayant aucun but lucratif, si ces diffusions posent un problème, merci de me le faire savoir.